Aujourd'hui,
URGENT
Togo: la BOAD injecte 20 milliards FCFA dans le projet cimentier du magnat Burkinabè Inoussa Kanazoé.
Présidentielle/2020: la jeunesse de l’Union pour le progrès et le changement collecte 26 millions de FCFA pour la caution de Zéphirin Diabré.
Sécurité: le Soudan détruit 300.000 armes à feu illégales dans le cadre du projet national de collecte d'armes
Santé: le Bénin lance la construction d'un Centre hospitalier et universitaire de référence dans la sous-région ouest-africaine.  
Présidentielle/2020 : le dossier du candidat Roch Marc Christian Kaboré déposé par Simon Compaoré, président du MPP, parti au pouvoir. 
Burkina: Mahamadi Kouanda démissionne du Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP, ex parti au pouvoir).
Burkina: le Premier ministre appelle à la mise en place d’un «système de commande publique efficient».
Burkina: Incarcéré à Ouaga,Jean Claude Bouda, ex ministre de la Défense obtient une «permission» d’un mois pour des soins (LeFaso.net). 
Nécro: le général de division Ali Traoré est décédé dans une clinique à Tunis où il avait été évacué quelques jours plus tôt. 
Burkina : 1 034 609 personnes déplacées internes accueillies dans 257 communes (gouvernement). 

SOCIETE

Il y a eu des exécutions extrajudiciaires à Tanwalbougou, dans la région de l’Est du Burkina Faso, le 30 juin 2020. Ce c’est qu’affirme le Collectif contre l’impunité et la stigmatisation des communautés (CISC), qui relate que «certains éléments des forces de défense et sécurité (FDS) ont exécuté froidement 7 personnes sur les 12» qu'ils avaient «enlevées» la veille chez un leader religieux, le Cheick de Tanwalbougou. Les cinq autres auraient été torturés et abandonnés dans un état critique dans le village de Matiacoali, selon le CISC.

«Le motif des arrestations  n'est pas encore connu et rien n'a été notifié à leur famille», ajoute le collectif, en «interpellant les forces de défense et de sécurité à faire leur travail dans le strict respect des codes de la république car les exécutions extrajudiciaires sont indignes d'une armée républicaine» et en condamnant «avec la dernière énergie ces actes barbares dignes d'une attitude fasciste.»

Il n’y a pas encore de réaction officielle. 

Ce n’est pas la première fois que cette localité défraye la chronique. Dans la nuit du 11 au 12 mai 2020, 12 personnes ont trouvé la mort dans leur cellule alors qu’elles étaient en détention à la gendarmerie de Tanwalbougou pour suspicions de faits de terrorisme.

Les autorités avaient annoncé l’ouverture d’une enquête. «Les décisions seront prises sans état d’âme», avait promis le président du Faso.  

Huit des 12 personnes interpellées par la gendarmerie à Tanwalbougou pour des faits de suspicion de terrorisme ont ensuite été libérés

Alors que des défenseurs des droits de l’homme soupçonnaient une exécution sommaire, le procureur du Faso près le Tribunal de grande instance de Fada N’Gourma affirmait qu’aucune «trace n’est visible» de balles n’a été retrouvé sur les corps des prévenus morts dans leur cellule à Tanwalbougou et qu'aucun élément matériel ne permettait de préciser la cause exacte des décès des 12 détenus.

Il précisait toutefois que, pour les besoins d’une enquête approfondie, le dossier sera transmis à la justice militaire.