Aujourd'hui,
URGENT
Cyclisme: le Burkinabè 🇧🇫Paul Daumont nominé pour le prix du meilleur cycliste africain de l'année.
États-Unis : Donald Trump autorise le processus de transition vers une administration Biden.  
Burkina: un citoyen américain abattu le 21 novembre 2020, devant le camp Baba Sy de Ouagadougou.      
Burkina: l’Union africaine appelle à des élections apaisées et transparentes. 
Burkina: 860 villages et secteurs ne pourront pas prendre part au scrutin couplé. Cela représente environ 370 000 Burkinabè.
Burkina: 6 490 144 électeurs appelés aux urnes ce dimanche 22 novembre 2020 pour élire le président et les 127 députés pour 5 ans. 
Justice: 4 des 7 prévenus relaxés pour faits non constitués dans le procès du recrutement frauduleux de la CNSS.     
Procès CNSS: Norbert Zèda, ex DRH, écope de 30 mois ferme et 5 ans d’interdiction d’exercer dans la fonction publique. 
Justice: Daniel Sawadogo, ex chef de personnel écope de 20 mois ferme et 5 ans d’interdiction dans la fonction publique (procès CNSS). 
Justice: Natacha Ouédraogo, épouse de l’ex DRH écope de 12 mois ferme dans le procès du recrutement frauduleux de la CNSS. 

POLITIQUE

Pour son dernier meeting de campagne pour la course à Kosyam du 22 novembre prochain, Gilbert Noël Ouédraogo, le candidat du parti de l’Alliance pour la démocratie et la fédération/Rassemblement démocratique africain (ADF/RDA), a choisi son fief le « Yatenga » pour une mobilisation générale autour de sa candidature.


Pour une mobilisation, s’en est une pour l’ADF/RDA ce vendredi 20 novembre 2020 qui marque la fin de la campagne électorale au pays des Hommes intègres. En effet, de milliers de militants et sympathisants ont pris d’assaut la place de la nation de Ouahigouya pour marquer leur soutien au parti de l’éléphant.

Du haut de la tribune, Me GNO comme l’appelle affectueusement ses militants, a fait un diagnostique peu reluisant de la situation actuelle que traverse le Burkina. « Le Yatenga à l’image de tout le Burkina Faso se porte mal et très mal. Nous ne finissons pas de pleurer nos morts et nous avons assez de continuer de les pleurer. Et cela est d’autant plus grave que celui qui est l’actuel père de la Nation et qui a juré de protéger les vies de la nation, ne se rend pas compte qu’il n’assume pas avec responsabilité sa tâche », lâche-t-il.

Pour lui donc, la solution se trouve avec le parti de l’éléphant : « Moi à Kosyam, le Yatenga va se développer avec le Burkina », rassure Me GNO. Pour lui, le coup KO que prône le Mouvement du peuple pour le progrès (MPP) n’est qu’un leurre : « Ils se feront un coup KO après avoir mis le pays KO », enchaine Gilbert Noël Ouédraogo, visiblement confiant. Tout en invitant les populations venues à ce meeting de prendre leur destin en main, Me GNO donne rendez-vous aux uns et autres au soir du 22 novembre pour « un changement » qui emmènera le Burkina vers l’émergence et la stabilité socioéconomique.
 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir