Aujourd'hui,
URGENT
Maouloud 2020: la journée du jeudi 29 octobre 2020 déclarée chômée et payée sau Burkina Faso.  
Justice: Jean Claude Bouda recouvre la liberté 5 mois après sa détention à la Maco. 
Burkina:  18 Burkinabè meurent dans un accident à l'entrée de Bouaké en Côte d'Ivoire (conseil des ministres).       
Mali: plus de 100 djihadistes libérés en vue d’un échange pour obtenir la libération de Soumaïla Cissé et Sophie Pétronin (AFP).
Togo: la BOAD injecte 20 milliards FCFA dans le projet cimentier du magnat Burkinabè Inoussa Kanazoé.
Présidentielle/2020: la jeunesse de l’Union pour le progrès et le changement collecte 26 millions de FCFA pour la caution de Zéphirin Diabré.
Sécurité: le Soudan détruit 300.000 armes à feu illégales dans le cadre du projet national de collecte d'armes
Santé: le Bénin lance la construction d'un Centre hospitalier et universitaire de référence dans la sous-région ouest-africaine.  
Présidentielle/2020 : le dossier du candidat Roch Marc Christian Kaboré déposé par Simon Compaoré, président du MPP, parti au pouvoir. 
Burkina: Mahamadi Kouanda démissionne du Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP, ex parti au pouvoir).

POLITIQUE

A travers le point de presse hebdomadaire de l’opposition tenu ce mardi 2 octobre 2018, le comité d’organisation de la marche meeting des «forces vives de la Nation» a dressé le bilan. Un bilan jugé «très satisfaisant» sur tous les plans selon le comité.

D’entrée de jeu, le comité d’organisation, à travers la voix de son président, Rabi Yaméogo, a salué la population burkinabè pour sa «forte mobilisation» et les forces de défense et de sécurité pour leur contribution à la sécurisation de la manifestation. 

«La très forte mobilisation des citoyens, le caractère pacifique et républicain de la marche, la grande discipline et la qualité du message envoyé», tels sont, selon Rabi Yaméogo, les paramètres qui définissent la satisfaction du comité d’organisation. Selon lui, cela constitue un premier «geste fort» de l’opposition qui «réveillera le pouvoir somnolant du président Kaboré». «D’autres marches suivront si rien ne change. Et, croyez nous, la mobilisation ira crescendo» prévient M. Yaméogo. Le comité d’organisation a, par ailleurs, indiqué que, «malgré les tentatives de sabotage du MPP, et de la campagne d’intimidation, la marche s’est très bien déroulée».

L’autre sujet abordé à ce point de presse bilan est la question de la sécurisation du Burkina Faso. Aux dires de M. Yaméogo, les forces vives, à travers le Chef de file de l’opposition politique, réclament le limogeage du ministre de la Sécurité et celui en charge de la Défense nationale. «Nous ne voulons plus de ces deux ministres dont la compétence se résume en des décorations à titre posthume» fustige le comité d’organisation.

Aussi, aux dires de M. Yaméogo, les forces vives ont demandé la relecture du Code électoral qui selon lui «ouvre un boulevard de fraudes au MPP».  Pour les conférenciers, il est inconcevable que le fichier électoral soit «désormais aux mains de l’Oni, dirigé par un cadre du MPP». Egalement, ils estiment qu’il est inconcevable d’exclure la majorité des concitoyens vivant à l’étranger des élections de 2020.

Pour ce qui est de la souscription pour soutenir les forces de défense et de sécurité lancée le jour de la marche-meeting, le comité d’organisation se réjouit et dit être en attente de certaines pièces justificatives afin de faire le point. Les contributions se poursuivent dans les différents sièges des partis politiques de l’opposition jusqu’au 4 octobre prochain et dans les jours à venir, à entendre le comité, un bilan définitif pourrait être dressé.

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir