Aujourd'hui,
URGENT
Soum: le grand imam de la ville de Djibo a été enlevé ce mardi 11 août 2020 à la mi journée (infowakat.net). 
Sport: la jeunesse de Tampouy rend hommage au défunt journaliste Yannick Sankara à travers le tournoi "Génération consciente". 
Politique: la réception des dossiers de candidature à la présidentielle de 2020 au Burkina Faso fixée du 28 septembre au 3 octobre.
Burkina: un syndicat de journalistes dénonce des intimidations sur les travailleurs des médias publics. 
Culture: le Fonds de soutien du président du Faso aux acteurs culturels reçoit les dossiers de candidature à partir du 12 août 2020. 
Armée: 2250 nouveaux soldats présentés au drapeau le 7 août 2020, au camp militaire Ouezzin-Coulibaly de Bobo-Dioulasso.
Burkina: un rassemblement de soutien à Blaise Compaoré interdit à Ouagadougou. 
Agriculture: les parasites, notamment les chenilles légionnaires, ont été maîtrisés à 98% dans la region du Sud-Ouest (Directeur régional).
Covid-19: l’ambassade de Chine au Burkina offre 10 000 masques et 20 thermomètres au ministère de l’Education nationale.   
Burkina: la police met fin aux activités d’un réseau de présumés malfrats dans la ville de Ouaga détenant 509 cartes bancaires.   

CULTURE

Après le premier album "Fruit de la passion" et le deuxième "Le temps de Dieu", le groupe Campus Ambiance vient de mettre sur le marché discographique son troisième album intitulé "Equilibre". La dédicace de l’œuvre a eu lieu le 23 décembre 2019 au Cenasa en présence de personnalités, étudiants et la presse. Dans ce troisième opus qui vient de naître, le groupe, peint les réalités d’une société en proie à des vices, le tout dans un langage humoristique qu'on lui connait. Un album de 12 titres empreinte d'originalité qui se veut un "Timbre-poste" qui promène le mélomane à travers les cultures diverses.

Héritier du groupe de percussions Awoulan Système, Campus Ambiance offre à ses fans, un cocktail de sonorités d’ici et d’ailleurs. Inspiré du Zouglou, ce genre musical populaire né en Côte d’Ivoire dans les années 90, aussi connu sous le nom de Wôyô, le groupe porte une philosophie positive avec une grande spontanéité et une bonne humeur contagieuse. Dans une coloration rythmique mêlant folklore et tendances urbaines du moment, "Equilibre" se veut une approche d'équilibre entre les cultures d'ici et celles du monde. L'œuvre dans son ensemble a une coloration rythmique des tendances urbaines du moment mais puise dans le folklore afin d'imprimer un style nouveau et unique. Les thèmes développés interviennent comme une sorte d'exorcisme des difficultés sociopolitiques qui troublent une jeunesse en proie à un avenir presqu'incertain : la fraternité entre la Côte d'Ivoire et le Burkina Faso ; l'amour de la mère patrie ; la cohésion sociale ; la question des diplômés sans emploi ; l'espoir ; la mort ; la parenté à plaisanterie ; le respect des ainés…

Avec pour objectif principal de vendre la culture burkinabè, cet album selon Sébastien Bamou lead vocal du groupe, se veut une contribution à la cohésion sociale et à la recherche d'une paix durable. Certains textes dépeignent une société en crise et fragilisée par le terrorisme mais dont le remède réside selon lui, dans le dialogue, l'apaisement, la promotion des valeurs patriotiques, la plaisanterie, la thérapie du rire etc. Les chansons sonnent ainsi comme un appel à prioriser les intérêts de la nation au-dessus des intérêts personnels.

Enregistré entre Ouagadougou et Abidjan par des talentueux arrangeurs tels que Athanase Koudou Hamed Bakiono, Eliezer Oubda, l'opus comporte des titres tels que "Morale" ; "Côte d'Ivoire/Burkina" ; "Burkina yo" ; "Binonwa" ; "Génétique" ; "Tchumu" ; "Cocoroco" ; "Waribé" ; "On va gagner" ; "Labeliser"… 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir